Du Braquage au violon / Juan Felipe et Samuel Guzmán Cuevas / CMDE

Du braquage au violon Mexico. Cinq prisons. Quand la musique abat les murs, De Juan Felipe et Samuel Guzmán Cuevas, Traduit de l’espagnol (Mexique) par Anna Touati, 14,5 x 19 cm, 128 pages, un DVD, Collection « À l’ombre du maguey », CMDE (Collectif des Métiers De l’Édition), 2014.

Du_braquage_au_violon

La musique a-t-elle le pouvoir d’abattre les murs d’une prison ? C’est avec cette question en tête que les réalisateurs du film documentaire se sont rendus dans cinq prisons de la ville de Mexico et y ont rencontré des prisonniers musiciens. Qu’ils jouent du rock, du rap, des rancheras, de la salsa, tous parlent de leur quotidien : la corruption de tous les échelles de la prison, la surpopulation carcérale, l’hygiène déplorable, etc. Le livre, enrichi de nombreuses photographies originales, éclaire le film sous un jour nouveau. En suivant le parcours de ces prisonniers, en racontant leurs histoires et leur manière de survivre au jour le jour, Du braquage au violon, nous offre des éléments essentiels pour comprendre comment la vie en prison s’organise et vient ébranler de fait notre conception de l’enfermement, là-bas comme ici.

Le film

Du braquage au violon (Música para después de un asalto)
Un film réalisé par Juan Felipe et Samuel Guzmán Cuevas
Production En La Linea, Mexique, 2011
Durée : 83 minutes
Langue : espagnol
Sous-titres : français

Le film nous plonge dans l’univers carcéral mexicain par le biais de la création musicale des détenus dans cinq prisons de Mexico. Il nous montre comment les prisonniers composent, donnent des cours, jouent d’un instrument dans un milieu où règnent l’absence d’intimité, la corruption et la violence. La musique est au cœur de leur vie : elle joue un rôle central dans leur réclusion et leur quête perpétuelle de liberté, et leur permet de gagner quelques pesos pour subsister. Qu’ils jouent du rock, du rap, des rancheras, de la salsa, tous ces genres de musique composés en prison sont le fruit du langage canero, cet argot carcéral qui témoigne de la dureté du quotidien des enfermés. Du braquage au violon. Une des bandes originales des prisons mexicaines.

 

Le livre

Un panoramique sur la question
Texte et photos de Juan Felipe Guzmán Cuevas

Écrit par un des co-réalisateurs, le livre est un prolongement du documentaire. Il permet d’approfondir et d’éclaircir certains axes du film. Il est composé de chapitres présentant : un entretien avec les réalisateurs ; un aperçu historique des prisons au Mexique ; une réflexion sur les espaces carcéraux, conçus comme des « dedans » et des « dehors » ; une analyse du langage canero ou argot carcéral ; des témoignages de détenus sur leur quotidien et le rôle de la musique ; enfin, des récits de vie de prisonniers.

Cette démarche d’édition originale – l’auteur étant à la fois celui du documentaire et du livre – est une manière de restituer tout le travail de réflexion et de recherche dont est issu le documentaire. Il est enrichi de nombreuses photos originales prises au cours du tournage.

En vente: 20 € 

Toutes les commandes sont payables par virement, vous pouvez nous joindre par e-mail à l’adresse suivante : info@lecomptoir.be

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s