I Remember Earth – Edith Dekyndt

I Remember Earth – Edith Dekyndt / textes de RODNEY LATOURELLE – DENIS GIELEN – JULIEN FOUCARD – LAURENT BUSINE – CÉCILA BEZZAN – HÉLIANTHE BOURDEAUX-MAURIN – PRÉFACE DE NICOLAUS SCHAFHAUSEN, Édition bilingue Français/Anglais, 285x210mm, 288 pages, Facteur humain.

Edith Dekyndt

Bien que guidée conceptuellement par des protocoles expérimentaux qu’elle met en œuvre avec grande précision, la démarche artistique d’Edith Dekyndt débouche sur l’observation troublante de phénomènes physiques en train de se produire devant nos yeux, voire pour certains, dans nos yeux. A l’instar de la science-fiction qui produit du surnaturel à partir du rationnel, le fabuleux ou l’étrange ne provient plus d’un esprit superstitieux, comme à l’époque des contes merveilleux ou fantastiques, mais de la vision lucide d’un monde dont la réalité percée à jour par les sciences dépasse désormais la fiction. Des forces universelles comme la gravité ou le magnétisme et des intensités aussi vitales que la chaleur ou la lumière sont rendues à leurs dimensions extraordinaires d’existences cosmiques, là où l’investigation scientifique poussée à l’extrême devient soudainement voyage métaphysique. C’est que mesurer l’univers revient en fin de compte à se mesurer à lui, ses limites étant d’abord celles de notre perception et de notre conscience. Malgré les inévitables références à l’ère technologique et les recours fréquents aux appareils enregistreurs (photo, vidéo, magnéto), l’œuvre volontairement low-tech d’Edith Dekyndt demeure ainsi humaniste, au sens où son enjeu est moins l’invention utopiste d’un autre monde que l’inventaire concret des merveilles d’ici-bas. Confirmant le fait que les matériaux artistiques ne sont pas des idées mais des sensations, Edith Dekyndt parvient à penser notre environnement de terrien en se détournant du ciel suprasensible de la philosophie ou de l’idéologie, au profit du monde, même infra-sensible ou souterrain, des choses qui sont cachées mais demeurent paradoxalement visibles. C’est qu’il nous arrive encore, malgré notre arsenal technologique, de regarder sans voir ; ou à cause de celui-ci, de ressembler à cet idiot du conte chinois qui regarde le doigt en train de lui désigner la lune.

En vente: 35€

Toutes les commandes sont payables par virement, vous pouvez nous joindre par e-mail à l’adresse suivante : info@lecomptoir.be

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s