Les éditions de l’usine et la revue « Empreintes »

Les éditions de l’usine et la revue Empreintes seront présentés au salon du livre dédié à la petite édition  « Les fugueurs du livre » 2014 : https://www.facebook.com/events/1482298818700532/

Les éditions de l’usine et la revue « Empreintes » : L’Usine est une association à but non lucratif (loi 1901) qui existe depuis 1979 et qui a pour objectif de faire découvrir des artistes contemporains, peintres, dessinateurs, sculpteurs, graveurs, photographes en organisant des expositions de leurs œuvres et en publiant des monographies ainsi qu’une revue d’art et de littérature “Empreintes”.

Empreintes 13

Les éditions de L’usine publient exclusivement des livres d’images.
Il s’agit de faire découvrir des dessinateurs, des graveurs, des auteurs de bande dessinée qui sont contemporains et méconnus.

Les dessins de Maître Lauvin / Un recueil de dessins de François Lauvin
Les chevaux boiteux / Une série de gravures de Swen sur le thème du cheval
La vie intérieure de Véra Vérité / Une bande dessinée de Claude Brabant
Swen / Dessins de la période des années 1960
Anne Van der Linden / Dessins
Hémophilie / Claude Brabant

Lemaire

Empreintes est une revue d’art et de littérature qui donne autant de place à l’image qu’à l’écrit. Elle publie des textes d’écrivains contemporains à condition qu’ils soient inédits. Ce peut être aussi bien de la poésie que des textes en prose. La revue publie également les œuvres d’artistes contemporains, dessins, gravures, photographies, à condition qu’elles ne soient pas reproduites ailleurs. C’est la direction prise par Empreintes parce que la revue s’est donnée comme objectif essentiel de faire des découvertes.
Empreintes ne cherche pas ce qui est dans le vent ni nécessairement de la nouveauté. De ce fait, la revue n’est pas uniquement dédiée aux contemporains. Les découvertes peuvent se faire aussi bien dans le passé. Nos bibliothèques regorgent d’écrivains méconnus et d’œuvres oubliées qu’Empreintes se fait un plaisir d’aller dénicher et qui s’avèrent parfois être plus modernes que ce qui se pense aujourd’hui.
Empreintes ne veut pas s’enfermer dans un thème ou dans une spécialité. Elle veut pouvoir traiter un sujet d’art brut sans être une revue d’art brut, publier un texte rigolo si ça l’amuse, des photos de cimetière si elles sont belles ou même une prière magique prise dans le Zend Avesta. Empreintes se réjouit d’être hétéroclite et imprévue pour que le lecteur ne sache jamais d’avance ce qu’il va y trouver, comme dans une pochette-surprise.
En fait, Empreintes est une revue d’humeur. Elle ne veut pas avoir de ligne de conduite ni de limites de genre et elle revendique la liberté de pouvoir être pornographique et provocante quand cela lui convient.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s